De la paille dans la tête

Vous ne pouvez pas l’avoir loupé, il est en tête des ventes.
(Et que celui qui n’a pas pensé, comme moi, « les miens sont normaux, heureusement, ça doit vraiment être horrible », me jette la première pierre) (que je la lui renvoie).
Coup d’œil curieux, un peu voyeur, au détour du catalogage, et puis finalement tout le livre y passe.
Pour ceux qui n’auraient pas suivi, Jean-Louis Fournier, l’auteur de ce livre « Où on va, papa ? » a eu deux enfants handicapés. « Même TF1, pour rendre le héros bouleversant et faire pleurer dans les chaumières, n’oserait pas mettre ce genre de situation dans un téléfilm, par peur d’en faire trop, de ne pas être pris au sérieux, et, finalement, de faire rire. »
Et bien il m’a fait rire, moi, Fournier, et ses deux oiseaux déplumés aussi. Un sens de l’absurde et du comique de situation incroyables, (« avec mes enfants, on ne craint jamais de se répéter, ils oublient tout. »).
Enfin… il m’a fait rire aux larmes, pour être plus exacte, tant l’émotion, la tendresse, la rage impuissante, percent derrière ces courtes anecdotes. Un humour grinçant pour éloigner un peu la douleur. Chapeau bas. (BF)
Où on va, papa ? (B FOU)

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Leave a Comment

3 + dix-huit =