Des Américaines chez les Mayas

Laura Kasischke a été ado, et visiblement elle s’en souvient. Comme dans  Rêves de  garçons , elle explore les troubles territoires adolescents, dans un roman à la fois sombre et lumineux, où l’angoisse de l’inéluctable catastrophe à venir  tend le récit de la première à la dernière ligne.

Inéluctable mais inimaginable, évidemment : tout l’art de la romancière réside dans ce «mais comment tout cela va-t-il finir ?». Avec à peu près les mêmes ingrédients (l’horreur cachée derrière la banalité)  (ici, trois jeunes filles partent en vacances au Mexique, et malgré les avertissements de leurs mères suivent un inconnu en excursion),  le roman est cependant assez différent, d’une surprenante beauté, alliant poésie, angoisse, et surnaturel.

(BF)

La Couronne verte, Laura Kasischke, R KAS

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

1 commentaire

Leave a Comment

18 + dix-neuf =