So british

Le chauffeur-bibliothécaire du bibliobus desservant Buckingham (enfin ses cuisines, un « cook » notamment est un abonné fervent) a dû avoir comme un coup en coeur en reconnaissant l’auguste tête qui s’est penchée par la porte du bus, un certain mercredi. Par politesse, la Reine emprunte un livre. Qu’elle lit avec application, puis ramène, et son regard tombant par hasard sur un titre qui l’inspire, repart avec un autre ouvrage. Et rapidement, un livre en appelant un autre, un auteur en convoquant un autre, enfin vous voyez de quoi je parle, Sa Majesté devient une lectrice compulsive, avide, curieuse,  attristée aussi par tout ce temps perdu à ne pas lire. Et trouve finalement la littérature bien plus fascinante que l’exercice de ses fonctions, ce qui donnera des sueurs froides à ses conseillers et les conduira à élaborer des stratagèmes éhontés pour la détourner de sa passion. Raconté avec verve et drôlerie, cette farce royale sur le pouvoir subversif de la lecture est hautement réjouissante et s’achève sur un franc éclat de rire.
La Reine des lectrices, Alan Bennett, R BEN

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

1 commentaire

  • medamik dit :

    Commentaires de l’ancien blog :

    Ah ben tiens je l’ai lu çui-ci, et c’est vrai que c’est drôlement réjouissant. Booklovers power !
    Commentaire n°1 posté par CR le 30/04/2009 à 15h02

    Yes, indeed.
    Commentaire n°2 posté par BF le 01/05/2009 à 09h39

Leave a Comment

deux × 5 =