Avez-vous peur de Facebook ?

Facebook par-ci, Facebook par-là, apéros géants, débordements en tous genres, failles de sécurité, atteintes à la vie privée… on n’entend plus que ça ces temps-ci.
Alors, comme tout le monde, je m’interroge : que deviennent les données que je poste sur le réseau ? mon compte peut-il être piraté ? dois-je quitter Facebook par précaution ?…
J’ai trouvé des éléments de réponses dans le livre d’Olivier Levard et Delphine Soulas : « Facebook : mes amis, mes amours… des emmerdes ! : la vérité sur les réseaux sociaux » (004.6 FAC). Bien documenté et étayé d’exemples clairs et précis, il retrace dans un premier temps l’épopée des Facebook, Twitter et autres Myspace puis décrypte leur fonctionnement et analyse leurs dérives. Je trouve qu’il fait vraiment bien le point sur le sujet et, qui plus est, de manière objective. Contrairement à d’autres sources que j’ai pu consulter, il ne se contente pas de dire : « Facebook, c’est mal », il rajoute « Myspace, Skyblogs et Twitter ne sont pas terribles non plus ». Évidemment, j’ironise, mais le fait de parler des réseaux sociaux dans leur ensemble permet de relativiser un peu. Non, ce n’est pas parfait, non, le risque zéro n’existe pas (ni sur le web, ni dans la vie d’ailleurs), mais il suffit de bien connaître les règles du jeu pour profiter au mieux des nouvelles possibilités qu’offrent ces outils relationnels. Là, vous allez me dire : « Justement, parlons-en des règles du jeu ! on peut pas dire qu’il soit bien clair le mode d’emploi !! ». Certes, je suis d’accord. C’est pour cela que j’ai été interviewer Mister M., notre spécialiste maison de l’Internet et de l’informatique, pour lui demander quels conseils il me donnerait pour utiliser au mieux Facebook. Avec sa bienveillance habituelle, il m’a expliqué que :

1. « C’est pas la peine de raconter ta vie sur Facebook, ça n’intéresse personne ».
Je traduis pour ceux qui ne connaissent pas Mister M. :  un minimum d’auto-censure est bienvenue. Avons-nous vraiment besoin d’indiquer nos coordonnées, nos livres préférés, nos opinions politiques… ? Si nous avons peur que ces informations tombent dans de mauvaises mains, autant ne pas les écrire.

2. « Des précautions à prendre avant d’ajouter un ami ???? T’es bien sûre que t’as des amis, toi ? ».
Traduction : Ne pas accepter dans sa liste d’amis des gens que nous ne connaissons pas. Nous ne le ferions pas dans la réalité, alors pourquoi le faire sur Facebook ?

3. « Attention à tes paramètres de confidentialité, tout est réglé par défaut pour que n’importe qui puisse accéder à toutes tes données ».
En clair : il faut régler nos paramètres de confidentialité au maximum en choisissant partout « partager avec mes amis seulement », ça limite le nombre de curieux ayant accès à nos profils. mais il ne faut pas non plus hésiter à hiérarchiser nos amis en créant des groupes pour cibler les infos que nous partageons : famille, meilleurs copains, collègues, connaissances… En effet, nous n’avons pas forcément envie que nos collègues de travail puissent voir nos photos du dernier Euskal Herria Zuzenean Festibala (par exemple).
Etc, etc…

En bref, comme il y a plein de petites astuces à connaître et que je n’ai ni le temps, ni la prétention de tout vous expliquer ici, j’ai négocié avec Mister M. et il m’a assuré qu’il serait à votre entière disposition si vous vouliez en savoir plus sur ces sujets plus techniques ou pour vous aidez à paramétrer au mieux votre compte.

Si, malgré cela, vous craignez toujours que Facebook revende vos données ou qu’un hacker s’en empare, il vous reste deux solutions :
1. Quitter définitivement le réseau en supprimant votre compte
ou
2. Attendre que les alternatives qui sont en train de se mettre en place aboutissent. Je citerai évidemment le projet Diaspora, mais ma préférence va à Movim : My Open Virtual Identity Manager. Une initiative française comme son nom ne l’indique pas. Plutôt que de vous expliquer de manière très imparfaite ce que sera ce réseau social décentralisé, je vous renvoie au Weblog de Vanaryon, un de ses développeurs. J’ai hâte !

En attendant,  je reste sur Facebook et je vais appliquer tous les conseils qu’on m’a donnés. La médiathèque aussi a sa page sur le réseau d’ailleurs et si vous voulez nous y rejoindre, c’est par ici.

Au plaisir de vous y rencontrer,

MB

PS : le 30ème fan gagnera un abonnement d’un an à la Médiathèque !!

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestDigg thisPrint this pageEmail this to someone

1 commentaire

Leave a Comment

un × deux =