Des vertes et des pas mûres

Lady M., octogénaire fardée, béquillée et bijoutée, marche dans la mer, tenant le bras du beau Lambert, plagiste de l’hôtel de luxe en Guadeloupe où elle est descendue. Comme tous les matins, il l’aide à s’avancer loin du rivage, pour soigner son arthrose, et comme chaque matin elle le remercie d’un billet de cinq cents francs glissé dans son slip de bain, entre la … et les …, bien coincé le billet (elle tâte pour vérifier). Mais lorsqu’un matin Lambert parvient lors de ce rituel à lui subtiliser une énorme émeraude, Lady M. s’extasie pour de bon. Venue sur l’île avec le fidèle Pompilius, complice de toujours, au moins aussi âgé qu’elle, afin d’y arnaquer un riche homme d’affaire (son mode de vie depuis des lustres, lui assurant des revenus confortables), elle trouve en Lambert le dauphin qu’elle va former et à qui elle va léguer sa fortune. La Vieille qui marchait dans la mer raconte les relations de ces deux-là, liés par une affection amoureuse à la Harold et Maud, et les arnaques de haut vol de la vieille Lady M. Mais aussi, mais surtout, le roman est celui du dialogue : celui cru, imagé, de l’aïeule avec Dieu, à qui elle remémore dans une langue d’une verdeur épatante les épisodes les plus, heu… comment dire ? chauds ? de son existence, avec force détails, et celui, cinglant, plein d’esprit, avec son entourage. Crudité du ton et du propos, omniprésence du corps (comme objet de jouissance mais aussi dans toute l’horreur de sa décrépitude) la Vieille… est un roman baroque, à la construction habile et pleine de suspens, drôle et grinçant à la fois, plein de vie et d’amertume, avec un personnage inoubliable, aussi flamboyant que pitoyable. San Antonio va assez loin et ose pas mal de situations (quel teasing !), dans une langue maniée avec amour et précision. Ames chastes s’abstenir. BF

La vieille qui marchait dans la mer / San Antonio

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Partagez...
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestPrint this page

Leave a Comment

quinze − 12 =