Vous avez envie…

 … d’une histoire d’amour loufoque ? Je vous conseille l’amant bilingue,  avec un personnage central rêveur, nostalgique et déjanté, roman aussi touchant que burlesque où un mari éconduit s’invente un double pour reconquérir sa femme.  L’écriture de Marsé est  splendide : vive, charnue, imagée, surprenante, et en filigrane de dessine une réflexion sur la langue et l’identité (la schizophrénie du personnage faisant écho à la schizophrénie linguistique de la Catalogne d’après guerre).

L’amant bilingue / Juan Marsé, R MAR

…d’un roman métaphorique ? Essayez, si ce n’est déjà fait, Truismes de Marie Darrieusecq, où une jeune femme se transforme peu à peu en cochon, une fable drôle et grinçante sur les rapports hommes/femmes et la place de la femme dans la société, qui se lit d’une traite.

Truismes / Marie Darrieussecq, R DAR

…d’un polar qui vous prend et vous lâche lessivé ? Sacrément efficace, vous avez  Un hiver de glace, de Daniel Woodrell : Ree Dolly, 16 ans, se retrouve menacée d’expulsion, elle, ses deux jeunes frères et leur mère folle, parce que son père, qui trafiquait notoirement de la cocaïne, a disparu quelque part dans les Orzacs après avoir hypothéqué la maison pour payer sa caution. Alors comme c’est une fille qui en a, elle part à sa recherche pour sauver ce qu’il lui reste de famille. Âmes sensibles s’abstenir.

 

d’un roman d’inspiration gothique par une grande plume contemporaine ? Plongez dans les ténèbres des Mystères de Winterthurn : roman vraiment aussi étrange qu’original, où l’on suit les trois enquêtes menées fin XIXème par Xavier de Kilgarvan à des dizaines d’années d’intervalles, toutes trois liées aux meurtres sanglants et inexpliqués perpétrés à Winterthurn, petite ville de l’Est des Etats-Unis, et plus particulièrement liées aux deux cousines de Xavier, héritières du Manoir de Glen Mawr où se situe le premier meurtre. Une ambiance sur laquelle plane l’Ange du bizarre (mais aussi l’ombre de Cupidon hihi), des mystères sordides et effrayants, un ton ironique qui épingle discrètement l’hypocrisie sociale de l’époque, un personnage de détective bien campé, et au final des énigmes sans vraie solution qui vous tiendront en haleine jusqu’au bout.

Les mystères de Winterthurn / Joyce Carol Oates, R OAT

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Partagez...
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestPrint this page

Leave a Comment

huit − 7 =