Par-dessus le bord du monde

Georgie Jutland, quarante ans, infirmière ayant laissé tombé sa carrière, mariée à un pêcheur de langouste de la (même) côte ouest Australienne, se sent passer « par-dessus le bord du monde » et  épuise ses nuits à surfer sur le net en buvant de la vodka. Elle va rencontrer Luther Fox, ex-musicien au passé en miettes, qui braconne en bas de chez elle. Ils vont s’accrocher l’un à l’autre comme des naufragés pour tenter d’arrêter leurs dérives respectives.

Beaucoup plus romanesque que ce que j’ai pu lire de Tim Winton auparavant, moins ramassé, mais tout aussi terriblement juste et touchant, ce roman est mené par cette prose tantôt brute, tantôt délicate, toujours sobre, qui entraîne de force le lecteur dans une histoire d’amour aux airs de road-movie dans les zones du bout du monde.

Dénué de tout sentimentalisme ou de la moindre mièvrerie, c’est en même temps un roman sur l’errance et la perte, sur les relations de couple, sur la quête de chacun d’une vie un peu plus douce.  BF

Par-dessus le bord du monde / Tim Winton, R WIN

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestDigg thisPrint this pageEmail this to someone

Leave a Comment

18 − dix =