Drôle de toubib

irabu  Personnage principal et récurrent de ces nouvelles, le Docteur Irabu, obèse et le cheveu gras, est psychiatre dans le sous-sol de la clinique du même nom. Il accueille les patients qui échouent chez lui, par hasard ou en désespoir de cause, d’un tonitruant et jovial : « Entrez donc ! » assez peu de circonstance, et propose (enfin, impose plutôt) d’entrée de jeu à chacun une piqûre, invariablement pratiquée par l’infirmière Mayumi, une bombe légèrement exhib’ (le spectacle de cette piqûre le plongeant dans des transes orgasmiques). Mais ses pratiques étranges ne s’arrêtent pas là, et devant les pathologies variées dont souffrent ses patients (érotomanie, TOC, mythomanie, dépression, priapisme) (j’ai appris un mot d’ailleurs)(pas facile à replacer cela dit) il propose une thérapie désinvolte et pour le moins originale, inventive, souvent absurde, toujours hilarante, ayant des conséquences assez burlesques.  L’essentiel étant que les patients, déroutés au début, finissent par trouver une solution à leur problème, et que, sur fond de psychose sérieuse,  le lecteur aura passé un moment drôle et léger, sans jamais savoir si ce grotesque docteur Irabu, sorte de Nasreddine japonais,  est un charlatan ou un médecin génial.  Réjouissant. BF

Les remèdes du docteur Irabu / R OKU

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestDigg thisPrint this pageEmail this to someone

Leave a Comment

quatre × 5 =