Joconde sur votre indulgence

Joconde sur votre indulgence« Fort d’un (petit) succès de librairie, Hervé Le Tellier publie une suite à son recueil de « points de vue humoristiques » (affirme l’éditeur) sur la Joconde.

Il ne s’agit pas, une fois de plus, de littérature. Imagine-t-on Le Retour de Belle du Seigneur ? Ou même l’oulipien Queneau, auquel ce piètre épigone croit ici rendre hommage, publiant de Nouveaux exercices de styles ?

Le premier recueil de Le Tellier s’intitulait Joconde jusqu’ à 100, titre plutôt heureux, malgré l’indigence des textes. S’adressant de toute évidence aux quelques lecteurs qui en ont l’acquisition, la suite s’intitule Jeroconde pour vérifier, ce qui est, on l’admettra, tout à fait abscons. La qualité n’a pas progressé, et l’on se trouve tout à fait navré, devant tant de facilités et d’affligeants jeux de mots. Les afficionados de Le Tellier, s’il en est, apprécieront peut-être. Les autres, les plus nombreux sans nul doute, peuvent s’abstenir ».  (le point de vue du critique littéraire, p.46)

Linguiste, spécialiste et amateur des littératures à contrainte, membre de l’OULIPO, génial créateur de supercheries littéraires qui en ont fait marcher plus d’un, Hervé Le Tellier fait partie de ces écrivains qui utilisent la littérature comme terrain de jeu et d’exploration, et à qui, de ce fait, je voue une affection particulière.  Joconde sur votre indulgence poursuit l’exercice de divagations aussi fantaisiste que rigoureux entamé avec Joconde jusqu’ à 100 : 99+1 points de vue sur Mona Lisa  et permet aux lecteurs de jeter un oeil neuf sur le célébrissime tableau, en partageant par exemple le point de vue du Général Custer :  « Une bonne Joconde est une Joconde morte« , celui du gardien de camp : « 15031503« , celui de Magritte : « Ceci n’est pas une Joconde » ou encore celui du graffiteur : « Mona est une petite cochonne (01 48 40 14 95) ». Personnellement, c’est le genre de trucs qui me réjouit beaucoup.

Je ne saurais trop vous conseiller de consulter les points de vue du résumé télé, de l’Alzheimer, du garagiste ou encore de l’agent 007, qui valent leur pesant de cacahouettes. (Au cas où ça intéresse quelqu’un,  il existe également le point de vue du lecteur de mangas). – BF

Dans la même veine, pour ceux que ça fait rire, nous possédons Les amnésiques n’ont rien vécu d’inoubliable

Joconde sur votre indulgence / Hervé Le Tellier – R LET

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

2 commentaires

  • MB dit :

    Je connais au moins une lectrice de mangas qui a déjà lu ce livre ;-). Je me souviens que j’étais dans le train et que j’ai eu le fou rire tout le trajet tandis que mon pauvre voisin essayait de dormir. Une valeur sûre ce Monsieur Le Tellier.

  • BF dit :

    J’imagine la scène ! 🙂 Tu lui en as pas lu des extraits ?

Leave a Comment

deux + 10 =