En finir avec Eddy Bellegueule

Couverture de En finir avec Eddy Bellegueule de Edouard Louis  Il y a encore quelqu’un qui n’a pas entendu parler de ce livre ? « De mon enfance je n’ai aucun souvenir heureux. » On se prend le début en pleine poire. La suite est à l’avenant.

Portant sur son enfance et son adolescence un regard imprégné de sociologie (Bourdieu est sa référence et il a pour mentor Didier Eribon) celui qui se rebaptisera Edouard Louis pour tenter d’échapper à son (court) passé (parce que Eddy Bellegueule, sans blague, c’est son vrai nom), raconte la misère et l’a-culture d’un sous-prolétariat à peu près ignoré de la France entière (c’est d’ailleurs ainsi que l’auteur conçoit la littérature, prenant en charge une parole politique et sociale que plus personne ne porte).

Dans ces souvenirs (pas si lointains, l’auteur a tout juste 21 ans), faits d’odeurs de friture, de bières, d’humiliations répétées, de télé allumée non-stop, de propos racistes et homophobes, d’où est absente toute tendresse, monte la révolte et la colère contre ce destin de classe (dans ce village on est chômeur-alcoolique de père en fils). « Car avant de m’insurger contre le monde de mon enfance, c’est le monde de mon enfance qui s’est insurgé contre moi. Très vite j’ai été pour ma famille et les autres une source de honte, et même de dégoût. Je n’ai pas eu d’autre choix que de prendre la fuite. Ce livre est une tentative pour comprendre. »

Ou la nécessité de raconter, de mettre à distance, de tirer un trait sur ce passé. De solder les comptes. Malgré la maîtrise et le recul dont fait preuve l’auteur, on sent les blessures encore à vif ; le calme du récit est celui de la colère froide et des dents serrées. Emaillé de passages très puissants ce livre est à la fois touchant, sensible et intelligent. En tous points impressionnant.   –  BF

En finir avec Eddy Bellegueule / Edouard Louis – R LOU

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Partagez...
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestPrint this page

Leave a Comment

7 − 1 =