Tartes aux pommes et fin du monde

Couverture Tarte aux pommes et fin du monde de Guillaume Siaudeau « Je peux vous assurer qu’il y avait une bonne tournée de crétins parmi les touristes auxquels on vendait nos poissons. Parfois ça me faisait mal au cœur d’envoyer des pauvres merlus sans défense aller se faire découper chez des idiots pareils ».

Mais on peut lire aussi plus loin : « Il a plu plusieurs jours sans discontinuer. Comme si le ciel était devenu le reflet d’un malaise. De mon malaise. Il m’était aussi insupportable d’ouvrir les yeux que de les fermer ».

Guillaume Siaudeau, jeune auteur dont c’est le premier roman, livre ainsi une chronique douce-amère comme on dit, à laquelle j’ai trouvé des accents brautiganiens, où il est question de chien ne sachant pas voler, d’enfance avec un père alcoolo, d’histoire d’amour qui finit mal, de dépression et de tartes aux pommes. Un texte fort agréable au petit goût de reviens-y, poétique et désenchanté, drôle et mélancolique, à déguster tiède sous la couette, en une seule fois.

Tartes au pommes et fin du monde / Guillaume Siaudeau  –  R SIA

 

 

 

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestDigg thisPrint this pageEmail this to someone

Leave a Comment

9 + dix-huit =