Ferrailleurs des mers

Couverture Ferrailleurs des mers De l’aventure, du suspense (bon, pas insoutenable non plus, mais des bons moments de tension quand même !),  et des sentiments ! Voilà un livre vraiment sympatoche qui se lit allègrement (même si le début est un poil lent je trouve).

Dans un futur à la Mad Max bouleversé par la disparition du pétrole et la montée des eaux due au réchauffement climatique, où les riches sont très très riches et les pauvres très très pauvres, quelque part sur le Golfe du Mexique, survivent « les rats de plages » : au prix de mille dangers, dans une ambiance de compétition sans pitié et de vapeurs toxiques, ils désossent les vieux pétroliers échoués pour en récupérer les métaux. Tout le bénéfice de leur travail de misère est pour les « Clans » d’ Europe, du Japon, de Russie, qui détiennent le pouvoir et l’argent. Nailer est un de ces jeunes ferrailleurs, encore capable de se faufiler dans les conduits les plus étroits. En tombant sur l’épave d’un clipper ultra-moderne tout juste échoué il sera confronté à un choix éthique d’autant plus difficile que sa situation est extrêmement critique, choix qui va l’engager dans l’aventure de sa vie (entre histoire de pirate, roman d’apprentissage et conte à l’ancienne, l’auteur, raconteur d’histoires de première, fait sa sauce, et ça marche).

Tout au long de ma lecture je me suis demandée comment ce livre m’était arrivé entre les mains… (vive le rangement en bibliothèque !) De la  SF (ce qui n’est pas vraiment ma came, sauf  certains romans d’anticipation, comme ici), pour jeune adulte (ce que je ne suis plus vraiment). Peut-être l’attrait des éditions Au Diable Vauvert, dont le American Gods m’avait enthousiasmée. Bref. Je l’ai lu d’une traite, c’est bien foutu, les pages se tournent toutes seules, l’ambiance post apocalyptique, plutôt esquissée, jamais expliquée de manière lourdingue, est cependant crédible et bien présente, et finalement les sentiments nobles l’emportent dans ce monde de brutes. Une sorte de Mad Max un peu édulcoré, une aventure maritime prenante, des personnages attachants…  Une histoire de pirates largement plus à mon goût que Tortuga !  BF

Ferrailleurs des mers / Paolo Bacigalupi     –   SF BAC

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestDigg thisPrint this pageEmail this to someone

Leave a Comment

trois × 4 =