Debout-payé

Couverture de Debout-payé de Gauz Debout-payé : ces boulots où vous êtes payé à rester debout, vigile par exemple. Du boulot d’immigré, ivoirien en l’occurence. A peine romancé, inspiré de l’expérience de l’auteur, du Sephora des Champs-Elysées à l’attentat contre les tours du World Trade Center, alternant anecdotes de travail et souvenirs de sa mère, une femme émancipée ayant fait des études de sociologie en France avant de revenir en Afrique, voici le roman tonique et désenchanté d’Ossiri, étudiant ivoirien devenu vigile après avoir atterri à Paris.

Instantané de l’air du temps, totalement consumériste et un peu fou, de plus en plus paranoïaque : depuis sa place de sans-grade invisible Ossiri regarde, il observe les comportements, il s’interroge. Pertinent bien que toujours léger dans le ton ; drôle, même si complètement désabusé, un chouette roman qui parle de la place de l’homme dans un pays, dans son pays, et du rapport à son histoire familiale, avec une grande justesse, et sans prétention.

En ces temps de soleil et de vacances, un livre acerbe et énergique, drôle et juste, pour ne pas oublier que pendant ce temps-là, y en a qui bossent. BF

Debout-payé / Gauz  R GAU

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestDigg thisPrint this pageEmail this to someone

Leave a Comment

seize − treize =