L’homme de la montagne

Couverture de L'homme de la montagne de Joyce MaynardEté 1979, Californie. Rachel, treize ans, et sa soeur Patty, onze ans, vivent un peu livrées à elles-mêmes. Pas de télé. Des parents divorcés. Une mère qui passe son temps enfermée dans sa chambre à fumer des cigarettes et lire les livres qu’elle emprunte à la bibliothèque. Un père, officier de police séduisant et charismatique, l’amour de leur vie, très occupé par ses fonctions.  « En attendant qu’un événement inattendu survienne, nous inventions des situations. Le temps, c’était tout ce que nous possédions. » Alors elles inventent : des jeux, des histoires, les vies de leurs voisins ; liées par une affection profonde, animées par une imagination fertile. Lorsqu’un tueur en série se met à sévir dans la montagne derrière chez elles (leur terrain de jeu), et que c’est leur père qui est chargé de la traque, fiction et réalité se télescopent. Dans le bouillonnement de ces vies adolescentes qui s’éveillent, les sensibilités s’exacerbent, les imaginations s’enflamment.

Un très beau roman, touchant, onirique, avec un je ne sais quoi d’envoûtant, cruel récit d’adolescence doublé d’un thriller prenant. Dans la veine du très chouette Un long weekend, à ranger quelque part aux côtés de Carson McCullers et de  Harper Lee (Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur.)  – BF

L’homme de la montagne / Joyce Maynard  – R MAY

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestDigg thisPrint this pageEmail this to someone

Leave a Comment

3 × 4 =