Apocalypse bébé

Couverture de Apocalypse bébé de Virginie DespentesValentine Galtan, 15 ans, a disparu dans le métro. Pouf, comme ça. Sauf qu’elle était surveillée depuis quelques temps par Lucie, détective privée  (dépressive), à la demande de sa famille (à l’ouest). Sorte de roman policier où l’on rencontre le personnage charismatique de la Hyène, que l’on retrouvera dans Vernon Subutex, Apocalypse bébé, pétri de hargne misanthrope, raconte la quête des deux détectives (Lucie, une fantastique anti-héroïne top la loose et la Hyène, homosexuelle libérée aux méthodes de choc) chargées de la retrouver. Mais l’adolescente s’avère (très très) délurée, et ses parents remarquablement lâches et égoïstes. Style incisif et verve tonique pour un roman sans temps mort, entre roman policier et satire sociale d’un pessimisme en béton armé. D’un cynisme réjouissant par moments, désespérant à d’autres, un roman qu’on avale. (Comporte certaines scènes ou propos pouvant heurter la sensibilité des lecteurs non avertis, comme on dit). –  BF

 Apocalypse bébé / Virginie Despentes  –  R DES

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Partagez...
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestPrint this page

Leave a Comment

4 × 3 =