Cassandra de Todd Robinson

Couverture de Cassandra de Todd RobinsonUn duo de loosers attachants enchaînant bagarres et cuites à répétition, une mineure disparue, des méchants très méchants, des retournements de situation : un polar sans beaucoup de surprises mais efficace.

Elevés selon la loi du plus fort dans un orphelinat sordide, Boo et Junior ne se sont pas quittés depuis cette enfance à la dure et sont maintenant videurs dans un club de Boston, quand ils ne louent pas leurs muscles pour des services de récupérations en tous genres. Lorsqu’un jour la fille de 14 ans du procureur disparaît, c’est étrangement ces deux obscurs gros bras que la sécurité personnelle dudit procureur va appeler à la rescousse. Boo et Junior ne sont pas ce qu’on pourrait appeler des enfants de choeur, mais quand leur recherche les entraîne du côté du porno pédophile et du snuff movie, leurs limites morales sont atteintes, et sauver Cassandra devient une affaire personnelle.

Enlevé, écrit sur un rythme assez trépidant, rempli de dialogues drôles et de situations improbables, dans la veine (mais un cran en-dessous quand même) des romans de Jerry Stahl, de Sean Doolittle, voire de Dennis Lehane (les enquêtesGennaro/McKenzie), ce roman, malgré le fond glauquissime de l’histoire, reste étrangement savoureux, évitant l’écueil du voyeurisme et ne se perdant pas complaisamment dans le sordide. Un  bon divertissement qui remplit honnêtement son job, doublé pour moi du plaisir intact d’avoir entre les mains un livre des éditions Gallmeister.  –  BF

Cassandra  / Todd Robinson – RP ROB

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestDigg thisPrint this pageEmail this to someone

Leave a Comment

deux × un =