La dernière nuit à Tremore Beach – Mikel Santiago

okdefladernierenuitatremore.indd

Une côte irlandaise plus sauvage que nature, des orages, un homme, seul face à ses visions sanglantes, une menace d’origine inconnue, du suspense : un premier roman captivant.

Peter Harper, célèbre compositeur en mal d’inspiration, ébranlé par son récent divorce, se retire dans une maison isolée de la côte ouest de l’Irlande. La maison se dresse sur un promontoire face à la mer, les premiers voisins (avec qui Harper a sympathisé) sont à plusieurs kilomètres. Un soir de terrible orage, en rentrant d’un dîner, Harper est frappé par la foudre. Aux migraines qui l’assaillent ensuite s’ajoutent des visions cauchemardesques et envahissantes. D’un réalisme troublant, ses proches et lui-même y sont victimes d’agression sanglante. Vous avez dit Shinning ?

Lorgnant clairement du côté de Stephen King, La dernière nuit à Tremore Beach fait, oui, penser à une sorte de Shinning (très très) édulcoré. Mais il serait malhonnête de bouder son plaisir, et de ne pas reconnaître que ça fonctionne. Les personnages sont attachants, et le roman est mené avec talent. Bien qu’un peu « calibré » pour ne pas faire trop mal non plus, il a tout du petit thriller bien construit, confortable, qui se lit vite, réunissant suspense, fantastique, love story, amour filial, danger imminent… Mikel Santiago retient l’attention de son lecteur dès le début, dans un suspense croissant, et on se laisse prendre avec plaisir par l’intrigue (malgré ces incroyables coïncidences qui permettent de faire monter la tension)(ah, tous ces téléphones portables éteints ou déchargés au moment crucial…).  Un roman gentiment flippant qui fera un agréable compagnon de vacances. – BF

La dernière nuit à Tremore Beach / Mikel Santiago  –  RP SAN

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Leave a Comment

huit − 1 =