Viens avec moi – Castle Freeman Jr.

Couverture-Roman-freeman-Viens-avec-moiEfficace, concis, net et sans bavures (le problème enoncé le matin est réglé le soir même), Viens avec moi est un drôle d’engin qui se lit d’une traite, mélange mâtiné de quête chevaleresque et de théâtre classique, avec un goût de western dedans et abondance de dialogues croquignolets.  Une petite régalade.

Du haut de son fauteuil roulant, Whizzer règne sur une scierie désaffectée au fin fond du Vermont. Il occupe le lieu de manière plus ou moins légale depuis son accident, entouré de ses comparses un peu marginaux. Les heureux lascars passent leur temps à siroter des bières en devisant sur le monde qui  les environne. Leur échoue ce jour-là, au tout début du livre donc, la jeune et déterminée Lilian, qui réclame de l’aide. Avec en exergue une citation du Roman du roi Arthur et de ses chevaliers de la Table Ronde, Viens avec moi annonce la couleur et constitue en effet une manière de quête chevaleresque : il s’agit de trouver le très très méchant Blackway pour protéger la jeune Lilian (dont les cheveux, tels ceux d’une princesse, lui descendent jusqu’aux fesses), car Blackway la suit, la surveille et vient d’égorger son chat. Voilà donc notre demoiselle en détresse très vite flanquée de deux improbables chevaliers : le vieux et rusé Lester Speed, et le jeune et laconique Grand Nate. Tous trois partent à la recherche du redouté et tristement connu malfrat, allant de lieu en lieu, se dirigeant vers la sombre forêt, une vieille camionnette en guise de fier destrier.

Une aventure linéaire menée de rencontres en rencontres, sans temps mort, dans un rythme à la fois serré et nonchalant (à peine 200 pages écrit gros), et qui vaut surtout par ses dialogues, comiques, souvent à la limite de l’absurdité, la plupart du temps en décalage total avec l’environnement dangereux dans lequel ils prennent place. Une lecture drôle et étonnante.  –  BF

Viens avec moi / Castle Freeman Jr.  –  RP FRE

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Partagez...
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestPrint this page

Leave a Comment

huit − quatre =