Des anges dans la neige – Stewart O’Nan

couverture-de-des-anges-dans-la-neige-de-stewart-onan

Hiver 74 en Pennsylvanie, un coup de feu dans l’air glacé. Etouffé par la neige, mais entendu par le narrateur, alors ado, qui joue dans la fanfare du lycée, non loin de là. C’est l’hiver où son père a quitté la maison. La victime s’appelait Annie et venait le garder quand il était petit. Construit comme un puzzle (les circonstances exactes du meurtre ne seront explicitées qu’à la fin du roman, après un jeu d’aller-retours dans le passé savamment construit), d’une puissance narrative rare, Des anges dans la neige met en scène le drame intime d’un jeune garçon, confronté aux tragédies des adultes fragiles et vacillants qui l’entourent.

J’avais oublié à quel point j’aime Stewart O’Nan. A quel point il est bon. A quel point il est impressionnant. A quel point les autres semblent patauds, fades, artificiels à côté de lui. A quel point on a l’impression d’être au coeur même de la vie en le lisant. Je me suis demandée pourquoi je n’étais pas retournée près de lui plus tôt (retrouvailles faites grâce à la très chouette Librairie Caractères, qui avait mis en évidence cette réédition de son premier roman dans la collection replay. Il m’a sauté aux yeux quand je suis entrée. Ma gratitude éternelle au libraire). J’avais été profondément touchée par Le Nom des morts, harponnée par Speed Queen et Un pays de ténèbres, totalement séduite par son habileté et sa subtilité. Ses livres ont pour point commun de s’intéresser aux drames de vies minuscules et d’être impossibles à lâcher avant la fin. Quelle chance, il m’en reste encore à lire !

Stewart O’Nan, c’est l’écrivain des gens ordinaires, des vies âpres, des drames discrets. Proche de ses personnages, qu’il semble tenir par la main, il officie dans le domaine de l’émotion, du sentiment, constamment en empathie avec eux, et pourtant toujours plein de pudeur et de retenue. Son écriture, d’une grande douceur, attentive aux détails, est limpide, mélancolique. Il fait partie des rares auteurs qui possèdent une petite musique bien à eux : sa voix a le son d’une cloche fêlée, pure et tremblante, souvent bouleversante. C’est aussi (surtout ?) un admirable conteur (fan et collaborateur occasionnel de Stephen King), doté d’un sens aigü du suspense et de la construction du récit (complexe, jamais obscure). Un écrivain formidable, particulièrement cher à mon coeur. BF

Des anges dans la neige disponible sur demande à la BDP

Le nom des morts et Un pays de ténèbres  –  R ONA

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestDigg thisPrint this pageEmail this to someone

Leave a Comment

19 + dix-neuf =