Vous connaissez la nouvelle ?

couverture-de-nouvelles-completes-de-j-g-ballard

À l’approche de la remise des prix du Concours de Nouvelles, la réponse à notre grand jeu inédit et passionnant.

Qui donc a écrit :

« Les nouvelles sont menue monnaie dans la trésorerie de la fiction, aisément ignorées à côté de la somme des romans disponibles, numéraire surévalué qui s’avère souvent contrefait. Au summum de sa qualité, chez Borgès, Bradbury et Poe, la nouvelle est frappée dans un métal noble, dont l’éclat doré resplendira à jamais dans la bourse profonde de votre imagination. Les nouvelles ont toujours été importantes pour moi. J’aime leur qualité d’instantané photographique, leur capacité  à se focaliser intensément sur un seul sujet.« 

Ballard. Un auteur d’anticipation sociale, un visionnaire, découvert avec Millenium People qui m’avait été offert par un fin connaisseur (coucou Cre !). La SF j’aime pas, mais ça, j’aime. Ballard est le chantre génial d’une société qui s’ennuie et se déteste, vidée de sens par le libéralisme et le consumérisme. Une société ultra-sécuritaire de la technologie et du loisir, dont les apparences bourgeoises cachent les pires crimes et perversions. Au service d’un univers mêlant ironie, poésie, et violence, son écriture est plaisante, fluide, même si le fond de sa pensée est un brûlot aussi dérangeant qu’inquiétant.

Mais revenons à nos moutons. Belle définition de la nouvelle, non ? JG Ballard en a écrit des centaines. La médiathèque tient à votre disposition le tome 1 des Nouvelles complètes (1956-1962) et Vermilion Sands (publié en 1971, contient des nouvelles écrites entre 56 et 70, soit il y a plus de cinquante ans, vraiment hallucinant quand on lit les textes). Vermilion Sands, c’est une étrange station balnéaire, onirique, peuplée de richissimes oisifs, « la banlieue exotique de mon esprit » en disait Ballard ; un univers languide, excentrique et luxueux, où les maisons, « psychotropiques », réagissent à l’humeur de leurs habitants, où s’épanouissent des créatures hybrides : femmes aux yeux d’insectes, sculptures en métal musicales qui s’avèrent organiques, fleuristes cultivant des plantes chanteuses d’art lyrique, sculpteur de nuages…  Fascinant. BF

Nouvelles complètes / J. G. Ballard

Vermilion Sands / J. G. Ballard

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Partagez...
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestPrint this page

Leave a Comment

8 − 4 =