Le chemin des morts

Ancien juge, François Sureau revient, avec amertume et lucidité,  sur un souvenir judiciaire qui pèse lourd sur sa conscience et le hante depuis trente ans. Rapporteur au Conseil d’Etat dans les années 80, il travaille pour le juge chargé de statuer sur les demandes d’asile politique déposées par les réfugiés. Scrupuleux, ne supportant pas l’indifférence au sort d’autrui, il se trouvé désarmé lorsque arrive sur son bureau le cas du militant basque antifranquiste Javier Ibarrategui, en France depuis 1969, car « lorsque la Convention de Genève évoque des persécutions, il faut, pour que la victime puisse obtenir le statut de réfugié, … Continuer à lire → Continuer à lire →