Des anges dans la neige – Stewart O’Nan

Hiver 74 en Pennsylvanie, un coup de feu dans l’air glacé. Etouffé par la neige, mais entendu par le narrateur, alors ado, qui joue dans la fanfare du lycée, non loin de là. C’est l’hiver où son père a quitté la maison. La victime s’appelait Annie et venait le garder quand il était petit. Construit comme un puzzle (les circonstances exactes du meurtre ne seront explicitées qu’à la fin du roman, après un jeu d’aller-retours dans le passé savamment construit), d’une puissance narrative rare, Des anges dans la neige met en scène le drame intime d’un jeune garçon, confronté aux … Continuer à lire → Continuer à lire →

Les Chutes – Joyce Carol Oates

Les chutes du Niagara : une destination privilégiée pour les jeunes mariés à l’aube des années 50. Mais également un endroit de prédilection pour se suicider. Une ambigüité du lieu à laquelle répond la confusion mentale des personnages de cette incroyable romancière américaine, pour qui “écrire est une discipline, un défi élevé, un sport de haut niveau.” Le roman s’ouvre sur le réveil éprouvant d’une jeune mariée (enfin, pas si jeune que ça ; pour cette célibataire de 29 ans, ce mariage inespéré sonne comme le miracle de la dernière chance, en ces puritaines années 50), mariée qui constate, effarée, … Continuer à lire → Continuer à lire →

Une terre d’ombre – Ron Rash

Chronique d’un drame (annoncé dès le prologue : un crâne est trouvé au fond d’un puits), un roman mêlant romance et thriller, aussi sombre que cette terre d’ombre perdue dans les montagnes de Caroline du Nord. C’est un vallon encaissé au fin fond des Appalaches. Tellement encaissé que le soleil n’y pénètre plus dès le début de l’après-midi. Pourtant s’y trouve une ferme. Depuis la mort du fermier, sa fille et son fils y vivent, s’acharnant pour arracher de quoi vivre à cet endroit hostile. Et l’adversité est rude. Car si dans cette terre d’ombre, que les habitants du coin … Continuer à lire → Continuer à lire →

Les Oiseaux de malheur – Ross MacDonald

Septième titre des enquêtes de Lew Archer proposé par les éditions Gallmeister (toujours dans la nouvelle (et superbe) traduction de Jacques Mailhos), Les Oiseaux de malheur (1958) se démarque assez nettement de ses prédécesseurs. Si on retrouve le privé Lew Archer, l’intrigue retorse, et les dessous peu reluisants de la Jet Set californienne, la légèreté semble avoir quitté MacDonald. Son héros sombre et désabusé rumine son passé, ses sorties humoristiques sont amères et les motivations psychologiques des protagonistes sont largement plus fouillées, d’une manière très juste (« Les pères ont mangé des raisins verts, et ce sont les dents des enfants … Continuer à lire → Continuer à lire →

Carthage – Joyce Carol Oates

Le dernier roman de la prolifique romancière : un faux-polar magistralement construit autour de la dissolution d’une famille, les conséquences psychologiques de la Guerre d’Irak, la peine de mort. Névroses et naïveté ordinaires aux Etats-Unis. Joyce Carol Oates me fascine. A la manière des monstres un peu : elle publie un, voire deux livres par an (tous ne sont pas traduits en français, loin de là), surtout pour les adultes (romans et nouvelles), mais aussi pour les ados, elle écrit également des essais, et de nombreux polars sous pseudos… quand elle ne donne pas des cours à l’Université de Princeton. … Continuer à lire → Continuer à lire →

Neverhome – Laird Hunt

Durant la guerre de Sécession (le conflit le plus meurtrier des Etats-Unis : entre 650 et 750 000 morts), Constance quitte sa ferme de l’Indiana, s’habille en homme, et part combattre à la place de son mari dans les rangs de la République. Parce qu’elle est plus forte et plus résistante que lui, parce qu’il faut y aller, parce qu’elle rêve d’aventure et de liberté, « boire à d’autres sources, éprouver d’autres chaleurs ». D’autres raisons, moins évidentes, plus subtiles, apparaîtront au fil du roman. Roman historique très documenté (plus de 400 femmes ont ainsi combattu travesties, pour les Confédérés comme l’Union) … Continuer à lire → Continuer à lire →

Le monde à l’endroit

Travis tomba sur les pieds de marijuana en pêchant dans Caney Creek. C’était un samedi, la première semaine d’août, et après avoir aidé son père à pincer le tabac toute la matinée il avait eu le restant de la journée pour lui. Comme l’indiquent la couverture et l’incipit, les ingrédients de ce roman sont la pêche à la truite, la marijuana (entre autres substances) et la figure paternelle. C’est aussi l’Amérique, (profonde, comme on dit, celle de Russell Banks et de David Woodrell), de la Caroline du Nord. Travis, 17 ans,  va voir son itinéraire de jeune paumé borderline prendre … Continuer à lire → Continuer à lire →

Mudwoman

[à partir de dorénavant, les partages de lecture de BF deviennent des recommandations lapidaires, sur le modèle de « les quenelles Petitjean, c’est bon, mangez-en ». Avec plaisir.] Prodigieux portrait de femme +  immersion psychotique = super Mudwoman / Joyce Carol OATES  – R OAT Continuer à lire →

Ferrailleurs des mers

De l’aventure, du suspense (bon, pas insoutenable non plus, mais des bons moments de tension quand même !),  et des sentiments ! Voilà un livre vraiment sympatoche qui se lit allègrement (même si le début est un poil lent je trouve). Dans un futur à la Mad Max bouleversé par la disparition du pétrole et la montée des eaux due au réchauffement climatique, où les riches sont très très riches et les pauvres très très pauvres, quelque part sur le Golfe du Mexique, survivent « les rats de plages » : au prix de mille dangers, dans une ambiance de compétition sans … Continuer à lire → Continuer à lire →

Wakefield

Quelle drôle d’histoire cruelle ! Londres, milieu du 19ème siècle. Le dénommé Wakefield quitte le domicile conjugal, soi-disant pour quelques jours, mais ne reviendra pas.  Si le refrain est plutôt connu, ce qui l’est moins c’est l’organisation de cette fuite :  l’homme loue un appartement à quelques rues de chez lui,  continue, en se déguisant, à fréquenter le même quartier et  observe sa femme, dans une espèce de vanité morbide (que vont-ils devenir sans moi ?)… Il rentrera finalement vingt ans plus tard. Ce très court texte, à peine une nouvelle, inspiré d’un fait-divers réel,  est une histoire étonnante, étonnamment … Continuer à lire → Continuer à lire →