Plus de morts que de vivants – Guillaume Guéraud

« Plus de morts que de vivants dans la cour. Et presque tous les vivants connaissaient presque tous les morts. Certains connaissaient même désormais plus de morts que de vivants ». Dernier jour d’école au collège Rosa Parks à Marseille (647 élèves), avant les vacances de février. « Aucune menace dans l’air. Juste le froid coupant de février. Qui glaçait les mains. Qui gelait les oreilles jusqu’à les rendre cassantes ». Et pourtant le premier mort surviendra dans une heure à peine. Ensuite ce sera l’hécatombe. Guillaume Guéraud signe avec ce livre – dédié à des cinéastes de film d’horreur – un roman gore … Continuer à lire → Continuer à lire →

La petite femelle – Philippe Jaenada

Je n’avais jamais entendu parler de Pauline Dubuisson avant de lire le pavé de Jaenada (715 pages quand même). Celle qui lors de son retentissant procès en 1953 fut taxée à l’envie de cruelle, froide et calculatrice, apparaît surtout comme une jeune femme contradictoire (humaine, quoi), à la fois fragile et courageuse, réservée et sexuellement libre. Et très malmenée par la vie. Sur la photo de couverture elle a 24 ans, et elle se remet tout juste d’une tentative de suicide au gaz, qu’elle a commise après avoir tué son ex-petit ami de trois balles de revolver. Nous sommes en … Continuer à lire → Continuer à lire →

Si tout n’a pas péri avec mon innocence – Emmanuelle Bayamack-Tam

Entre passion pour la poésie et désir sexuel bouillonnant, le récit d’une adolescence délurée, et surtout de la naissance d’une vocation d’écrivain. Quelle claque ! Quelle écriture ! Quelle énergie ! Semblant pétri dans la matière même de la vie, le récit d’Emmanuelle Bayamack-Tam est celui d’une enfance et d’une adolescence tragiques, saccadées, saccagées, raconté à la 1ère personne par Kim, une fille qui veut être un garçon, grandissant tant bien que mal dans une famille complètement dysfonctionnelle, entre une mère irresponsable qui entame sur le tard une carrière de stripteaseuse, un père guère plus adulte, tatoueur, complètement fade, un … Continuer à lire → Continuer à lire →

Vernon Subutex

Indéniablement rock’n roll, avec un sens aigü du rythme et de la formule, le dernier Despentes entraîne le lecteur dans la déchéance urbaine de son héros, disquaire que l’ère numérique a pulverisé. Quand Alex Bleach, légendaire chanteur de rock qui payait ses loyers depuis deux ans, est retrouvé mort d’overdose dans sa baignoire, le dernier rempart de Vernon Subutex contre la précarité s’effondre. Servant de fil rouge à une vaste fresque contemporaine, il sollicite alors une à une ses connaissances, dont le portrait scande le roman. Entre lignes de coke et cuites au whisky, sur fond sonore de Noir Désir … Continuer à lire → Continuer à lire →

Je suis le gardien du phare

Mur-frontière infranchissable, ville étrange dans laquelle oublie depuis depuis des années de s’arrêter le train, monastère isolé, phare… Autant de lieux inaccessibles ou coupés du monde, depuis lesquels un narrateur s’adresse au lecteur pour raconter la solitude, l’étonnant univers où il vit, la tâche absurde qu’il s’est assignée. « L’eau monte et les marchands de nostalgie plient bagage, le passé va fermer boutique« . Entre poésie, burlesque et fantastique, entre Buzzatti et Calvino, Eric Faye tisse un univers au ton singulier, avec un humour vif des plus séduisants. Des nouvelles, fantastiques dans tous les sens du terme !  BF Je suis le … Continuer à lire → Continuer à lire →

Amours

  Un livre qui parle d’amour moi j’y vais. Mais aïe, ça commence par un viol : ce sont des choses qui arrivent, entre un notaire et sa jeune bonne, dans les maisons bourgeoises du début du siècle. Mépris des corps, méconnaissance du plaisir, assujettissement féminin, corsets et bienséance : peu ou pas de tendresse entre ces personnages, mais maladresse, hâte, violence. Jusqu’au moment où l’enfant tant attendu, la descendance enfin assurée, sera donnée par Céleste, la bonne bien nommée. Et avant toute autre, c’est la révolte des corps que cet enfant va susciter. Il va révéler tous ces amours, … Continuer à lire → Continuer à lire →

Tartes aux pommes et fin du monde

« Je peux vous assurer qu’il y avait une bonne tournée de crétins parmi les touristes auxquels on vendait nos poissons. Parfois ça me faisait mal au cœur d’envoyer des pauvres merlus sans défense aller se faire découper chez des idiots pareils ». Mais on peut lire aussi plus loin : « Il a plu plusieurs jours sans discontinuer. Comme si le ciel était devenu le reflet d’un malaise. De mon malaise. Il m’était aussi insupportable d’ouvrir les yeux que de les fermer ». Guillaume Siaudeau, jeune auteur dont c’est le premier roman, livre ainsi une chronique douce-amère comme on dit, à laquelle j’ai … Continuer à lire → Continuer à lire →

Vous avez envie…

 … d’une histoire d’amour loufoque ? Je vous conseille l’amant bilingue,  avec un personnage central rêveur, nostalgique et déjanté, roman aussi touchant que burlesque où un mari éconduit s’invente un double pour reconquérir sa femme.  L’écriture de Marsé est  splendide : vive, charnue, imagée, surprenante, et en filigrane de dessine une réflexion sur la langue et l’identité (la schizophrénie du personnage faisant écho à la schizophrénie linguistique de la Catalogne d’après guerre). L’amant bilingue / Juan Marsé, R MAR …d’un roman métaphorique ? Essayez, si ce n’est déjà fait, Truismes de Marie Darrieusecq, où une jeune femme se transforme peu … Continuer à lire → Continuer à lire →

Lambeaux

Je crois que jamais un livre ne m’avait touchée de manière aussi intime. Mi-autobiographie, mi-biographie, ce court texte est de ceux, rarissimes, dont on ne sort pas indemne, à ranger pas loin des livres d’Henri Calet. Récit du dépassement d’une dépression mélancolique grâce à l’écriture, il constitue également un hommage de l’auteur à « ses mères » : sa mère biologique,  internée quand Charles Juliet a quelques mois, morte en asile psychiatrique pendant la seconde guerre mondiale (histoire fondatrice de son parcours dont il ignorera tout pendant son enfance, cependant source d’un  obscur et insupportable sentiment d’étrangeté au monde), et sa mère … Continuer à lire → Continuer à lire →