Du lourd

On m’a souvent reproché de lire des trucs tristes, sérieux, chiants quoi, manquant de pouêt-pouêt, pas du tout bigard-  attitude. Bon ben là, c’est du lourd. En plus l’auteur est américain. Et Juif. Vous me voyez venir ? Oui, ça parle de l’Holocauste. Mais pas que. Ca parle de morts qui étaient des gens avant de finir dans un trou avec mille autres corps nus. Ca parle du temps qui passe et de la mémoire qui trompe. Ca parle de la vérité  et de ce qu’elle devient, racontée des decennies après. De l’impossibilité d’évoquer le passé. De la puissance incroyable des histoires. De la famille. C’est pas l’horreur épouvantable et incompréhensible des tas de chaussures et de cheveux à Auschwitz. C’est la survivance des hommes (ces individualités que les nazis ont à tout prix voulu nier) à qui ils ont appartenu, par-delà leur disparition, par la puissance de la parole. L’Histoire à dimension humaine. Et encore bien d’autres choses, dans une oeuvre ample, profondément humaine, bouleversante.
Daniel Mendelsohn, ‘Les Disparus’ – R MEN

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Leave a Comment

19 + 16 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.