Insoupçonnable

Après deux tentatives avortées du côté du Montana (mon Dieu, jamais je n’aurais pensé dire ça un jour…) avec Little Bird (de C. Johnsons, chez Gallmeister) et Le Pas du loup (de P. Boxwen chez 10/18), (le Montana-ses grands espaces-ses hommes rudes et virils, un meurtre, un arrière-plan écologique ou ethnique, les conflits dans la communauté qui vit un peu renfermée sur elle-même, des dialogues bien dialogués, bon, pas rentrée dedans, abandonnés en cours de route), bref je me tourne vers ces artisans de la langue française que l’on trouve souvent chez Minuit, et  dont j’aime la prose comme on aime un bonbon. Aujourd’hui « Insoupçonnable », de Tanguy Viel.
Sam est le frère de Lise. C’est du moins ce que doit croire Henri quand il se marie avec elle, pour que Lise et Sam puissent  mener à bien leur machination. Seulement un autre frère fait son appartion : Edouard, celui d’Henri. C’est là que les choses se compliquent. Dans l’atmosphère de la grande maison des nouveaux mariés et celle du terrain de golf du dimanche, la tension monte. Jusqu’à un dénouement… insoupçonnable (enfin presque).
L’archétype du roman policier revu à la loupe, un sens du suspense presque hitchcockien (on s’arrête où dans ce livre pour faire une pause ?), et une maîtrise de haut vol.
BF

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Partagez...
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestPrint this page

1 commentaire

Leave a Comment

1 × deux =