Le saut

En essayant d’écrire quelque chose sur ce recueil de nouvelles (des monologues plutôt, certains destinés à être joués au théâtre), je me fais l’effet d’un éléphant dans un magasin de porcelaine. Psychanalyste, musicienne, poète, romancière, l’auteur plonge six fois dans les pensées de personnages très différents, mais qui tous se trouvent à un moment dramatique de leur existence, par la force des choses extérieures (un bombardement pendant la guerre), ou parce qu’elles s’interrogent sur leurs choix (le monologue d’Alma Mahler) ou encore parce qu’elles sont rongées par le mal-être. De ce fait, les textes sont tous sous tension, et créent une attente assez palpitante.

Que vous dire ? C’est atrocement bien écrit, avec une limpidité qui confine à la transparence. L’auteur évoque des sentiments complexes et violents, sans jamais les nommer, dans un style fluide et épuré,  quelquefois cru et violent,  des sentiments ambigus dont les personnages ont à peine conscience semble-t-il, mais que le lecteur ressent avec acuité. Le livre est très court (120 pages), les monologues aussi, et touchent directement là où ça fait mal (et ça fait du bien).   BF

Le Saut / Anna Enquist, R ENQ

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

Partagez...
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestPrint this page

Leave a Comment

20 − dix-neuf =