Délicieuses pourritures

Délicieuses pourritures - Oates    1975, dans une prestigieuse université féminine de la côte Nord-Est des Etats-Unis.  Des incendies d’origine mystérieuse éclatent la nuit sur le campus. Une brillante étudiante (dont le livre est le journal) souhaite briller encore davantage auprès de son charismatique professeur de littérature. Jusqu’à l’obsession. Le professeur Harrow est marié à une artiste plasticienne qui sculpte des oeuvres provocatrices, souvent obscènes. Le couple jouit d’une réputation sulfureuse. Une excitation un peu malsaine règne entre les jeunes filles, parmi lesquelles, autant que les rumeurs, drogues et alcool circulent.

Drame annoncé, ambiance de campus, atmosphère close et angoissante,  ce n’est pas pour rien que l’on compare Kasischke et Oates.

Menant son intrigue d’une manière terriblement efficace, distillant mystère et perversité, l’auteur scotche le lecteur aux mots de son héroïne borderline, jusqu’au final.   BF

Ces articles pourraient aussi vous intéresser

2 commentaires

Leave a Comment

cinq × 3 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.