Concours de nouvelles : le palmarès, enfin !

On aurait tellement voulu des paillettes, des rencontres, de l’émotion, des lectures, des échanges, des petits fours et des embrassades pour la proclamation des résultats de ce 11ème concours de nouvelles ! Contexte oblige, de suspense en rebondissements, les noms des lauréats sont finalement simplement donnés ici. Merci de votre patience.

Une bonne nouvelle cependant : vous pouvez écouter les textes des trois premiers lauréats (voir ci-dessous, lectures de la Cie Tokia Théâtre).

Pour mémoire, cette année les nouvelles (entre 2 et 7 pages) devaient commencer par la phrase « Jamais elle n’avait vu une chose pareille » contenir les phrases suivantes (peu importe l’ordre mais telles quelles) : « A quelle heure passe le train ? », « Quel bon gâteau ! », « Je suis encore rouge de colère », « Je ne supporte pas les chants de Noël », et finir par la phrase « Demain sera un autre jour » (phrases données par les membres du jury d’après une contrainte de Sophie Pavlovsky). Quand on pense que le sujet a été élaboré en décembre 2019, alors que personne n’avait encore entendu le mot covid…

Mille mercis à tous les auteurs ayant participé (vous êtes 45), et aux valeureux autres membres du jury : Sophie Pavlovsky (auteure et animatrice d’ateliers d’écriture à la médiathèque), Dominique C. et Hélène H. (usagers de la médiathèque), les membres de l’association Liburuak, et le lauréat 2019, Thierry Poinot.

Tous les textes sont rassemblés dans un recueil disponible au prêt à la médiathèque. Un recueil spécial 10 ans a été imprimé l’année dernière, rassemblant les 10 lauréats, disponible au prêt également. Le texte du lauréat sera mis en ligne sous peu, dans la rubrique « concours de nouvelles » du menu horizontal de ce blog, à côté du texte des lauréats des autres années [ICI]. 

Mais assez de bavardage, tadaaam, les voici, les noms des auteurs des trois textes retenus :

A la troisième place, bravo à Hélène Joseph, qui depuis les Landes nous a envoyé un texte rocambolesque, dans lequel on croise, en plus des phrases imposées, une contorsionniste de cirque, des haricots tarbais et Tino Rossi.

La deuxième place revient à Jean-Luc Guardia, qui en offrant à sa nouvelle une chute magnifique et inattendue a conquis le jury depuis sa lointaine Essonne. Monsieur Guardia n’en est pas à son coup d’essai, il a déjà participé plusieurs fois à ce concours, et a plusieurs fois fait partie du trio de tête ! Mais ce n’est pas encore cette année malheureusement que nous mettrons un visage sur ces mots (l’année dernière, des inondations avaient à la dernière minute empêché sa venue).

Et la première place ? Et bien le lauréat 2020 n’est pas un inconnu. Il s’agit de l’insubmersible Gabi No, qui non content d’avoir déjà remporté le premier prix en 2018, 2013 et 2011 (ex aequo) nous est revenu de fort fort loin cette année pour nous rendre sa copie. Chapeau.

Bravo, bravo à vous trois ! Vous recevrez par voie postale un lot de recueils de nouvelles soigneusement sélectionnés.

Monsieur No fera partie du jury cette année, s’il le souhaite, et participera à ce titre à l’élaboration du sujet 2021 et à la délibération du mois d’août.

Encore merci à tous, on se retrouve en janvier 2021 pour la 12ème édition.

On vous laisse apprécier les textes :

« Quel cirque » par Hélène Joseph  *3ème place *

« Vas-y, fonce » par Jean-Luc Guardia **2ème place**

« Karim, le Viking« , par Gabi No ***1ère place ***

 

2 commentaires

  • lapoterie dit :

    Bonjour.

    Merci pour l’envoi des résultats tant attendus.
    A l’écoute des trois nouvelles primées, il semblerait que j’ai commis une erreur d’interprétation du règlement du concours en ce qui concerne le nombre de pages imposé.
    La lecture de ma nouvelle n’excède pas 9′ ce qui est la moitié du temps de lecture des nouvelles primées.
    Je serai plus attentif pour le prochain concours !
    En attendant …Eguberri on !

    • BF dit :

      Bonjour Monsieur Lapoterie,
      Merci de suivre l’affaire d’aussi près ! Vous n’avez à aucun moment commis une erreur d’interprétation du règlement ! Votre texte utilise très judicieusement les phrases imposées et sa longueur est tout à fait dans l’ordre de ce que nous demandions (entre 2 et 7 pages). L’histoire de Greta a longuement retenu l’attention du jury, et a fait partie des textes qui ont retenu son attention jusqu’à la délibération finale. Donc haut les coeurs, et à l’année prochaine j’espère !

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.