Lexique Bibliothécaire-Français

Conscientes qu’il est parfois difficile de comprendre notre jargon, nous avons décidé de créer ce petit dictionnaire pour faciliter la communication entre vous et nous. BF et MB.

Bibliothécaire : étymologiquement, le « gardien des livres ». Terme utilisé mal à propos à notre égard, puisque nous gardons aussi des CD, des DVD, des cédéroms et des revues. Dans notre cas, on pourrait utiliser le mot « médiathécaire » qui n’est guère gracieux mais nous préconisons plutôt « omnithécaire » puisqu’il nous arrive aussi de garder, à l’occasion, des enfants, des animaux, des paniers de légumes, des lunettes, des chapeaux, des courriers divers et variés… Si vous avez perdu un de ces objets, pensez à venir nous les réclamer parce que ça devient encombrant.

Bulletinage : Selon le Wiktionnaire, (Technique bibliothécaire) Action d’enregistrer l’entrée d’exemplaires de publications périodiques dans un fonds, souvent avant de les faire circuler au sein d’un groupe de lecteurs.
En gros, on lit les journaux et les revues (=périodiques) tous les matins et, quand on a fini, on leur attribue un code barre pour que vous puissiez ensuite les lire à votre tour et les emprunter. Par conséquent, quand vous nous voyez hyper-concentrées devant un magazine, c’est qu’on travaille. Ah ! la conscience professionnelle !

Catalogage : pour faire simple, on rentre les réferences des documents dans notre base de donnée informatique selon des codes bien définis (200$a titre, 200$e sous-titre, 200$f auteur, 200$g illustrateur… etc, etc,…) que nous connaissons par coeur : nous les récitons tous les matins en arrivant et tous les soirs en repartant. C’est le B.A.Ba du métier. En plus, l’opération est longue et technique et nécessite un calme absolu. Elle ne peut donc être réalisée qu’en dehors des heures d’ouverture au public et des accueils de classes (le mardi, par élimination, quand vous croyez que la médiathèque est fermée). Cette contrainte explique notre retard et l’accumulation des livres sur l’étagère « à cataloguer » derrière le bureau. Mais bon, tant qu’il y a toujours plus de livres en rayons que sur cette étagère, il n’y a pas de quoi s’alarmer.

Don : cadeau empoisonné que font régulièrement les usagers (ou non) aux bibliothécaires pour éviter d’avoir à jeter eux-mêmes les livres. Et oui c’est difficile d’admettre qu’ils peuvent finir à la poubelle, ou plutôt à la déchetterie, comme n’importe quel objet de consommation courante. Quand même, ce sont des LIVRES !!!! pas des sacs de pommes de terre. Non, non, décemment, il est impossible qu’ils terminent leur vie au milieu des autres déchets. Et puis, ces livres, ils nous ont fait rêver, on les a aimés, parfois détestés mais on a souvent fait un bout de chemin ensemble. Peut-être qu’ils peuvent resservir et plaire à quelqu’un d’autre… Tiens, y a qu’à les donner à la médiathèque…. STOP ! mauvaise idée : même si nous apprécions l’attention, nous vous supplions de méditer ce célèbre proverbe tchéco-hongrois avant de vous aventurer chez nous avec vos cartons : « A autrui jamais ne donner, ce que toi-même jamais recevoir ne voudrais ».

Lettre de rappel : petit courrier expédié par nos bons soins tous les jeudis à nos plus fervents lecteurs et fort apprécié de ces derniers. Et oui, certains d’entre vous aiment tellement les livres de la médiathèque, qu’ils les lisent et les relisent longtemps après la date de retour prévue ! Idem, pour les CD et les DVD. N’allez pas croire que c’est une corvée pour nous d’envoyer une cinquantaine de lettres par semaine et de facturer les documents perdus, c’est une activité des plus agréables et des plus « enrichissantes ». Toutefois, si vous pouviez penser à téléphoner pour faire prolonger vos prêts afin de nous dispenser de cette si délicate attention hebdomadaire, on ne vous en voudrait pas, vous savez.

Musibus : discomobile de la Bibliothèque Départementale de Prêt affrêtée par le Conseil Général des Pyrénées Atlantiques. Aux commandes : Mister P., discothécaire et sa copilote, Miss C. Le musibus passe 3 fois par an à la médiathèque et nous permet d’emprunter tous les CD qu’on veut gratuitement en bénéficiant des conseils des professionnels susnommés.
Mise à jour du 5/07/11 : Mister P. étant parti évangéliser d’autres territoires, c’est maintenant Miss V. qui a la lourde tâche de nous conseiller.

Requiner : néologisme créé par une bibliothécaire en référence au comportement de ses chats quand elle ouvre une boîte de pâtée X. « Requiner » signifie « tourner autour à la manière d’un requin, prêt à se saisir de sa proie à la moindre minute d’inattention ». Par extension, qualifie l’attitude de certains lecteurs qui attendent que les bibliothécaires soient occupées à autre chose pour venir tripatouiller les nouveautés en cours de traitement ou les livres rendus par les autres lecteurs. Ah la curiosité, alors !

Partagez...
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestPrint this page

Les commentaires sont clos.