Un acte d’amour – James Meek

Amour, goulag et transsibérien : un roman mêlant aventure, amour et une dose de suspense au temps de la révolution bolchevique. Le temps se prêtait à ça : plonger dans un livre au souffle puissant, tourner  les unes après les autres avec délectation les pages d’une histoire dense. Fin fond de la Sibérie, 1919, le long de la ligne du transsibérien. Le petit village de Jazyk est occupé par une troupe de l’armée tchèque désorientée, qui attend, sous la férule du féroce et ambitieux Matula, le jeune commandant, une attaque des rouges révolutionnaires. Le village est dirigé par une secte … Continuer à lire → Continuer à lire →

Le Viking qui voulait épouser la fille de soie

  Après le roman contemporain psychologique et sentimental, changement de direction toute pour Katarina Mazetti ! Avec la même vivacité et le talent de raconteuse d’histoires qu’on lui connaît depuis Le mec de la tombe d’à côté, la suédoise se lance avec son dernier roman dans un récit d’aventures mouvementé se passant en Suède au Xème siècle. Deux personnages émergent de cette saga viking: Svarte et Milka, lui fils d’un constructeur de bateaux et elle fille d’un riche commerçant de tissus. Des milliers de kilomètres les séparent, mais la rencontre aura lieu. Grandes traversées, batailles, entre vente d’esclaves et solitude … Continuer à lire → Continuer à lire →

Ferrailleurs des mers

De l’aventure, du suspense (bon, pas insoutenable non plus, mais des bons moments de tension quand même !),  et des sentiments ! Voilà un livre vraiment sympatoche qui se lit allègrement (même si le début est un poil lent je trouve). Dans un futur à la Mad Max bouleversé par la disparition du pétrole et la montée des eaux due au réchauffement climatique, où les riches sont très très riches et les pauvres très très pauvres, quelque part sur le Golfe du Mexique, survivent « les rats de plages » : au prix de mille dangers, dans une ambiance de compétition sans … Continuer à lire → Continuer à lire →

Au pays des voleurs

Romanesque, baignant dans une atmosphère gothique et un brin macabre,  Le Bon larron m’a irrésistiblement fait penser à certains Tim Burton (L’Etrange Noël de Mr. Jack, Sweeney Todd, Sleepy Hollow) et surtout à ce film dans lequel un mort déterré se relève dans le fiacre qui l’emporte, terrorisant le cocher (un Boris Karloff pourtant habitué des cimetières au clair de lune) : Le Récupérateur de cadavres, de Robert Wise (adaptation de R.L. Stevenson). Bref. Ca vous situe l’ambiance (en tous cas davantage que la pauvre couverture du livre, que je trouve immonde). Dans ce roman aux allures de feuilleton, le … Continuer à lire → Continuer à lire →