Edith Wharton, once again : Eté

Après la rigueur de l’hiver d’Ethan Frome, plongez dans la chaleur accablante d’Eté. Se déroulant dans la splendeur et la langueur d’un été à la campagne en Nouvelle-Angleterre, ce court roman est un incroyable mélange, qui emmène le lecteur avec maîtrise vers une fin tragique, dans ce style précis, alternance d’une vision acérée et sans complaisance, et d’un lyrisme retenu, presque minimaliste, que je trouve d’une justesse frappante. La jeune Charity, fille adoptive d’un avocat, homme un peu médiocre, va vivre l’été qui  donnera à sa vie une orientation irréversible. Vive, spontanée, rayonnante, pleine de désir, aimant la nature (dans … Continuer à lire → Continuer à lire →

Ethan Frome

     Dire que j’ai failli ne jamais lire Ethan Frome !    Mon inculture étant insondable, je n’avais jamais ouvert un livre d’Edith Wharton, vaguement synonyme pour moi de littérature empesée et de vieux parfum de mamie anglaise. Non mais quelle erreur monumentale !  Ecrit en 1911, c’est *juste* un classique de la littérature américaine et l’un des plus beaux romans d’Edith Wharton, prix Pulitzer pour Le Temps de l’innocence. Ignorant tout cela comme une bécassine, c’est la précision, la sobriété, et la puissance poétique de son écriture qui m’ont profondément touchée.    Lire Ethan Frome c’est s’enfoncer dans un … Continuer à lire → Continuer à lire →

Nuit noire, étoiles mortes

   Quel raconteur d’histoires ce King tout de même ! Quel talent !     Entre court roman et longue nouvelle, quatre novella horrifiques : en 1922, un fermier à bout assassine sa femme et croit se débarrasser du corps en le jetant dans un puits, mais c’est compter sans les rats… Une femme ayant survécu à un viol décide finalement de faire justice elle-même… Un homme fait un pacte étrange avec un marchand ambulant non moins étrange qui lui promet de le  guérir de son cancer… Mariée depuis 20 ans avec Bob, Darcy ne sait comment faire après avoir mis … Continuer à lire → Continuer à lire →

Vie animale

Sauvages, réactifs à l’extrême, ils sont trois garçons qui grandissent tant bien que mal, entre jeux et désarroi, dans un couple très jeune oscillant entre haine et amour. Usant d’une langue âpre et lyrique, l’auteur rend compte de ces années d’enfance survoltées et fusionnelles, pleines de  violence et d’amour, de cris et de silences, de jeux et de bagarres. Puissant et saisissant. Ca commence comme ça, et le reste est à l’avenant : On en voulait encore. On frappait sur la table avec le manche de nos fourchettes, on cognait nos cuillères vides contre nos bols vides ; on avait … Continuer à lire → Continuer à lire →

Le signal

Elle est jolie la photo sur le livre, hein ?  Moi j’aime bien (pas d’erreur, on est bien chez Gallmeister). Bref, c’est le Wyoming, et c’est là que Mack et Vonnie partent pêcher quelques jours, comme d’habitude depuis 10 ans. Sauf que depuis dix ans l’amour de Vonnie s’est essoufflé devant les conduites à risques de Mack. Pour sauver son ranch (où il a rencontré Vonnie), il finit par s’enliser dans des magouilles vraiment pas nettes (et l’alcool), ce qui le mène en prison. Quand il  sort et rejoint son ex-femme pour ce qui doit être leur dernière partie de … Continuer à lire → Continuer à lire →

Vous avez envie…

 … d’une histoire d’amour loufoque ? Je vous conseille l’amant bilingue,  avec un personnage central rêveur, nostalgique et déjanté, roman aussi touchant que burlesque où un mari éconduit s’invente un double pour reconquérir sa femme.  L’écriture de Marsé est  splendide : vive, charnue, imagée, surprenante, et en filigrane de dessine une réflexion sur la langue et l’identité (la schizophrénie du personnage faisant écho à la schizophrénie linguistique de la Catalogne d’après guerre). L’amant bilingue / Juan Marsé, R MAR …d’un roman métaphorique ? Essayez, si ce n’est déjà fait, Truismes de Marie Darrieusecq, où une jeune femme se transforme peu … Continuer à lire → Continuer à lire →

Alice est montée sur la table

Alice, c’est une chercheuse scientifique, spécialiste de la physique des particules, la table, c’est celle d’une salle de recherche expérimentale d’un campus américain, et sur la table il y a Lac, un espèce de néant invisible, de trou noir, qui absorbe certaines choses (un gant de boxe), mais en rejette d’autres (un ticket de métro), selon une logique que les meilleurs scientifiques s’arrachent les cheveux à essayer de saisir. Cette Alice est la cousine assumée de celle de Lewis Carroll, mais passée genre trois fois à travers le miroir : Lac aime La Chasse au Snark, on a deux aveugles … Continuer à lire → Continuer à lire →

Nous étions les Mulvaney

             « Mais ce document n’est pas une confession. Absolument pas. J’y verrais plutôt un album de famille. Comme maman n’en a jamais tenu, totalement véridique. Comme la mère de personne n’en tient. Mais, si vous avez été enfant dans une famille, quelle qu’elle soit, vous en tenez un, fait de souvenirs, de conjectures, de nostalgie, et c’est l’oeuvre d’une vie, peut-être la grande et la seule oeuvre de votre vie ».  Tout est dit, ou presque. Ils formaient une famille unie, connue, sûrement enviée, dans l’Amérique rurale des année 70. Il y avait des parents amoureux : Corinne, chaleureuse, originale, … Continuer à lire → Continuer à lire →

En un monde parfait

Jiselle, la trentaine mince et jolie, hôtesse de l’air, condamnée, à vie semble-t-il, au rôle de demoiselle d’honneur, voit sa vie déjà si lisse s’harlequiner totalement lorsque le beau et charismatique Mark, pilote de ligne qui fait chavirer le coeur de toutes les femmes, la demande en mariage. Vous vous croyez chez Danielle Steel ? Restez, vous êtes chez Laura Kasischke. Tout n’est pas si mièvre qu’il y parait, et comme toujours il y a quelque chose de pourri dans le royaume de Kasischke : Jiselle est fragile et timide, Mark se révèle rapidement aussi absent que peu fiable, ses … Continuer à lire → Continuer à lire →

Long weekend

Indécrottables romantiques, ce livre est pour vous. Si votre adolescence est encore vivace quelque part malgré vos 30 ou 40 balais ou plus, ce livre est pour vous. Si vous avez pleuré en regardant « Sur la route de Madison », ce livre est pour vous. Le narrateur est un jeune garçon de treize ans à la voix qui déraille, qui habite seul, quasiment en huis-clos, avec une mère un peu givrée, encore jeune et belle. Un weekend de Labor Day, un prisonnier en cavale va faire irruption dans leur vie de reclus. Cela donne une histoire d’amour, l’évocation des blessures du … Continuer à lire → Continuer à lire →