Maddaddam

Fin de la trilogie postapocalyptique de Margaret Atwood. Maddaddam lève le voile sur les derniers événements liés à la diffusion de la peste restés dans l’ombre, et pose les fondements d’un nouveau monde. Les personnages de Le Dernier homme et Le Temps du déluge se sont retrouvés et vivent ensemble dans une maison-refuge en compagnie des Crakers (une nouvelle espèce, humanoïde et incroyablement inoffensive). Entre survie alimentaire et protection contre les menaces extérieures (les féroces et transgéniques « porcons » à l’intelligence troublante, et les effrayants « painballers », d’anciens criminels survivants d’un jeu de massacre médiatisé, dont l’hyperviolence semble sans limite), la vie … Continuer à lire → Continuer à lire →

Le dernier homme

Se déroulant au même moment que Le Temps du déluge, soit peu de temps après le « Déluge des airs » qui a exterminé la population de la Terre, Le Dernier homme, premier tome de la trilogie de Margaret Atwood, (même si il peut tout à fait se lire après ou indépendamment), permet de comprendre l’origine de la catastrophe. On y suit Snowman, qui semble bien être le dernier survivant de l’espèce humaine, décimée par un virus foudroyant. On croise à sa suite les Crakers, une « nouvelle humanité » génétiquement modifiée par un chercheur nommé Crake, conçue pour être végétarienne, innocente et naïve, … Continuer à lire → Continuer à lire →

Room

            Je vais faire court  (ça vous fera des vacances) : je craignais le pire avec ce bouquin (récit d’une vie de séquestration par un enfant de 5 ans à qui c’est caché) et ben non. Room, c’est bien, lisez-le.   BF Room /Emma Donoghue – R DON PS : le premier qui vote pour cet article il va avoir de mes nouvelles. Continuer à lire →

La servante écarlate

« Il nous est interdit de nous trouver en tête à tête avec les Commandants. Notre fonction est la reproduction ; nous ne sommes pas des concubines, des geishas ni des courtisanes. Au contraire : tout a été fait pour nous éliminer de ces catégories. Rien en nous ne doit séduire, aucune latitude n’est autorisée pour que fleurissent des désirs secrets, nulle faveur particulière ne doit être extorquée par des cajoleries, ni de part ni d’autre ; l’amour ne doit trouver aucune prise. Nous sommes des utérus à deux pattes, un point c’est tout : vases sacrés, calices ambulants. » Nous sommes … Continuer à lire → Continuer à lire →