La mémoire est une chienne indocile

Lamont Williams, jeune noir du Bronx,  sort de prison, et entame une période probatoire de six mois dans un grand centre de cancérologie de Manhattan. Là, il joue son avenir, et va dans le même temps se lier avec un vieux juif polonais qui, du ghetto d’où il s’échappe, aux Sonderkommandos d’Auschwitz, va lui raconter son terrifiant parcours à l’épicentre de l’horreur. A quelques blocs de là, vit Adam Zignelik, fils d’un héros du combat des Droits Civiques  (« L’ennemi, lui explique Jake Zignelik [son père], c’est le racisme. Mais, vois-tu, le racisme n’est pas une personne. C’est un virus qui … Continuer à lire → Continuer à lire →

Ay, Paloma

Jusqu’à la semaine dernière j’ignorais qui était Rosetta Loy, je l’avoue (le rouge au front)(c’est un des très grands écrivains contemporains de langue italienne). Je viens de lire le délicieux Ay, Paloma. Un récit très court, situé au Val d’Aoste en août 1943 (la Seconde Guerre Mondiale est l’époque de prédilection de l’auteur). Dans l’ambiance surannée d’un grand hôtel de villégiature, plusieurs familles bourgeoises sont venues se mettre à l’abri des bombardements. A travers le regard de la narratrice, une très jeune fille, timide, on assiste aux derniers moments d’insouciance (un mois environ) d’un petit groupe d’adolescents, qui jouent au … Continuer à lire → Continuer à lire →