L’éternité n’est pas si longue

« Une question de mois, sans doute : deux, trois ? Le dernier humain ne saura même pas qu’il est le dernier, il ne pourra, grelottant sous un ciel sans fond au milieu d’espèces pour lesquelles il n’est rien, de notre part à tous dire, Désolé, on vous laisse tout en plan comme ça, on aurait quand même pu débarrasser. » Les questionnements tantôt futiles, tantôt existentiels, de Nora, trentenaire angoissée, mélancolique (« Je ne fais pas une dépression, le monde s’effondre. Je me permets d’y voir une nuance »), à l’imagination débordante, qui, dans une langue imagée, drôle et pleine de fantaisie, sur … Continuer à lire → Continuer à lire →