Je suis le gardien du phare

Mur-frontière infranchissable, ville étrange dans laquelle oublie depuis depuis des années de s’arrêter le train, monastère isolé, phare… Autant de lieux inaccessibles ou coupés du monde, depuis lesquels un narrateur s’adresse au lecteur pour raconter la solitude, l’étonnant univers où il vit, la tâche absurde qu’il s’est assignée. « L’eau monte et les marchands de nostalgie plient bagage, le passé va fermer boutique« . Entre poésie, burlesque et fantastique, entre Buzzatti et Calvino, Eric Faye tisse un univers au ton singulier, avec un humour vif des plus séduisants. Des nouvelles, fantastiques dans tous les sens du terme !  BF Je suis le … Continuer à lire → Continuer à lire →

Nuit noire, étoiles mortes

   Quel raconteur d’histoires ce King tout de même ! Quel talent !     Entre court roman et longue nouvelle, quatre novella horrifiques : en 1922, un fermier à bout assassine sa femme et croit se débarrasser du corps en le jetant dans un puits, mais c’est compter sans les rats… Une femme ayant survécu à un viol décide finalement de faire justice elle-même… Un homme fait un pacte étrange avec un marchand ambulant non moins étrange qui lui promet de le  guérir de son cancer… Mariée depuis 20 ans avec Bob, Darcy ne sait comment faire après avoir mis … Continuer à lire → Continuer à lire →

Vous avez envie…

 … d’une histoire d’amour loufoque ? Je vous conseille l’amant bilingue,  avec un personnage central rêveur, nostalgique et déjanté, roman aussi touchant que burlesque où un mari éconduit s’invente un double pour reconquérir sa femme.  L’écriture de Marsé est  splendide : vive, charnue, imagée, surprenante, et en filigrane de dessine une réflexion sur la langue et l’identité (la schizophrénie du personnage faisant écho à la schizophrénie linguistique de la Catalogne d’après guerre). L’amant bilingue / Juan Marsé, R MAR …d’un roman métaphorique ? Essayez, si ce n’est déjà fait, Truismes de Marie Darrieusecq, où une jeune femme se transforme peu … Continuer à lire → Continuer à lire →

La Peau froide

Tout commence comme un roman d’aventure : un activiste irlandais accepte un poste de climatologue sur un îlot de l’Atlantique sud, un « pot de fleur » perdu au milieu de nulle part, invisible sur une carte, balayé par les vent polaires, plongé dans la nuit glaciale une grande partie de l’année. Il accepte ce poste pour se cacher, pour se faire oublier. A son arrivée sur l’île, le climatologue qu’il doit relever n’est pas là, sa cabane est vide.  Il ne reste que le gardien du phare, sorte de brute rendue à moitié cinglée et mutique par la solitude, semble-t-il. Et … Continuer à lire → Continuer à lire →

Zombies et cheese-burger

Stewart O’Nan est un auteur que j’aime. C’est mon super chouchou. Alors vous pouvez prendre à peu près n’importe quoi de lui, ça ira. C’est un de ces auteurs qui a sa petite musique bien à lui, qui vous chuchote des choses si belles au creux du coeur, entre les lignes presque. Là, ‘Le Pays des Ténèbres’, c’est un peu un hommage à Stephen King et à John Carpenter, et à Romero aussi. Des jeunes qui se sont tués dans un accident de voiture reviennent tenir compagnie aux gens qui pensent encore à eux, n’apparaissant que pour le lecteur, avec … Continuer à lire → Continuer à lire →